22/03/18
Brève

Régularisation des offres irrégulières : possibilité ou obligation ?

Faut-il obligatoirement régulariser les offres irrégulières ? Selon le Conseil d'Etat, cela reste une faculté contrairement à ce qu'avait jugé le TA de Marseille...

CE 21 Mars 2018 Departement bouches du rhone 415929

La réponse pouvait paraître évidente à la lecture de l’article 59-II du décret n°2016-260 du 25 mars 2016.

Elle ne l’était toutefois pas pour le Juge des référés du Tribunal Administratif de Marseille qui avait jugé l’inverse (TA Marseille, Ord., 8 novembre 2017, req. n°1707763), permettant en conséquence au Conseil d’Etat de venir affirmer expressément que « si, dans les procédures d’appel d’offres, l’acheteur peut autoriser tous les soumissionnaires dont l’offre est irrégulière à la régulariser, dès lors qu’elle n’est pas anormalement basse, et que la régularisation n’a pas pour effet d’en modifier les caractéristiques substantielles, il ne s’agît toutefois que d’une faculté, non d’une obligation ».

 

Origine de l’affaire : une offre incomplète au regard des exigences du règlement de consultation

Cette affaire concernait le lot n°4 « sols souples » de l’accord-cadre à bon de commande ayant pour objet des travaux d'entretien, de rénovation et de réparation des bâtiments du département des Bouches du Rhône, lancé sous la forme d’une procédure d’appel d’offre ouvert en application des articles 25 et 67 du décret n° 2016-360 du 25 mars 2016.

Les articles 6.1 et 6.2 du Règlement de consultation, imposait aux candidats de transmettre à l’appui de leur mémoire technique, pour permettre de juger le critère relatif au « nombre des personnels qualifiés spécifiquement affectés au marché », d’une part, « tout élément justificatif permettant de s’assurer qu’il disposera des personnels nécessaires à l’exécution du marché », d’autre part, « les qualifications et références de chacun des profils des exécutants ».

L’objectif étant double : s’assurer de l’existence réelle du personnel exécutant affecté au marché (avec une certaine souplesse consistant à laisser la possibilité aux candidats d’avoir recours à l’intérim, la sous-traitance, ou la promesse d’embauche) et vérifier les qualifications et références du personnel exécutant affecté au marché, afin de s’assurer qu’il s’agisse vraiment de personnel d’exécution correspondant au niveau II et/ou III (ou équivalent) de la convention collective nationale.

L’offre d’un candidat avait été jugée irrégulière, et écartée pour ce motif sur le fondement de l’article 59-I du décret du 25 mars 2016, ce dernier n’ayant produit aucun des justificatifs demandés, ne permettant dès lors pas à l’acheteur de s’assurer, d’une part, qu’il disposait bien réellement du personnel proposé, d’autre part, que ce personnel disposait des qualifications suffisantes pour exécuter le marché.

Contestant l’irrégularité de son offre devant le juge des référés précontractuels du Tribunal Administratif de Marseille, le Département voyait sa procédure de passation annulée au motif que si « l’offre de la SCPA ne satisfait pas aux exigences du Règlement de consultation (…) le pouvoir adjudicateur peut désormais, compte tenu du II de l’article 59 précité du décret 25 mars 2016, demander la régularisation d’une offre », considérant en conséquence que « le Département des Bouches-du-Rhône n’était pas tenu d’éliminer l’offre de la SCPA comme irrégulière sans l’avoir invitée préalablement à produire les justificatifs manquants dans la mesure où ces documents ne peuvent avoir pour effet d’en modifier les caractéristiques substantielles de l’offre ».

En substance, le juge des référés du Tribunal Administratif de Marseille considérait ainsi, d’une part, que la régularisation des offres irrégulières est une obligation pour l’acheteur, d’autre part, que la régularisation n’aurait en l’espèce pas été de nature à modifier les caractéristiques substantielle de l’offre.

Cette décision ne manquait de surprendre à deux égards.

 

Quid de la modification des caractéristiques substantielles de l’offre

Premièrement, s’agissant du caractère jugé régularisable de l’irrégularité concernée.

Les nouvelles dispositions de l’article 59-II sont récentes et encore peu – voire pas du tout et en tout cas pas le Conseil d’Etat – de juridictions administratives ne se sont aventurées à essayer de dessiner les contours de ce qu’est « une modification des caractéristiques substantielles d’une l’offre ».

A la lumière tant de la jurisprudence administrative ayant pu être rendue antérieurement à l’entrée en vigueur du décret du 25 mars 2016 sur les offres irrégulières (CE, 22 décembre 2008, Ville de Marseille, req. n° 314244), et de la définition de ce qu’est la « substantialité » au sens de l’article 139.5° du décret du 25 mars 2016 s’agissant des modifications de contrat, l’on peut toutefois penser que la notion de « caractéristiques substantielles de l’offre » vise les éléments de l’offre qui ont une importance déterminante sur son analyse par l’acheteur au regard des critères de jugement des offres, et en conséquence une importance déterminante la comparaison des offres des candidats permettant d’aboutir au classement et choisir l’offre économiquement la plus avantageuse.

Pour résumer, il paraît difficile de considérer qu’une irrégularité qui empêche l’acheteur d’analyser l’offre du candidat et la comparer à ses concurrents, au regard des critères de jugement des offres indiqués au Règlement de consultation et des éléments d’appréciation pour leur mise en œuvre, puisse être régularisée.

Ce qui, en l’espèce, rendait difficilement régularisable l’offre de la Société SCPA, dont l’irrégularité portait sur l’absence d’un élément déterminant à l’analyse d’un des critères de jugement des offres indiqués au Règlement de consultation.

 

Quid de la possibilité ou l’obligation de régulariser les offres irrégulières

Deuxièmement, surtout, s’agissant de la prétendue obligation pour l’acheteur de régulariser les offres irrégulières « régularisable ».

Outre le fait qu’une telle obligation est contraire à la liberté dont doivent disposer les acheteurs (dans la limite évidemment des principes fondamentaux de la commande publique), et qu’elle constituerait une véritable « usine à gaz » pour eux s’ils étaient obligés d’apprécier pour chaque irrégularité leur caractère éventuellement régularisable, une telle obligation ne ressort absolument pas de la lettre du texte de l’article 59-II du décret, bien au contraire.

Au même titre qu’au stade de la candidature, en application de l’article 55 du décret, où l’acheteur « peut demander à tous les candidats concernés de compléter leur dossier de candidature dans un délai approprié et identique pour tous », il « peut autoriser tous les soumissionnaires concernés à régulariser les offres irrégulières » en application de l’article 59 du même décret.

Il ne s’agit bien que d’une simple faculté, que le pouvoir adjudicateur exerce de façon discrétionnaire, étant seulement tenu de respecter l’égalité entre les candidats, d’une part, en ne proposant la régularisation qu’aux soumissionnaires ayant remis une offre irrégulière, d’autre part, en proposant la régularisation à tous les soumissionnaires dont l’offre est entachée d’irrégularité et qui respectent la double condition de régularisation posée par l’article 59 du DMP (qu’elle ne soit pas anormalement basse et que la régularisation n’ait pas pour effet d’en modifier les caractéristiques substantielles).

La Direction des Affaires Juridiques du Ministère de l’Economie et des Finances le confirme d’ailleurs expressément dans sa fiche « L’examen des offres » mise à jour le 9 décembre 2016 en affirmant « La régularisation n’est qu’une simple faculté offerte à l’acheteur. Lorsqu’il se trouve en présence d’une offre irrégulière, celui-ci n’est donc pas tenu de demander au soumissionnaire de la régulariser et peut décider de la rejeter. En revanche, s’il décide de demander une régularisation, il doit le faire pour l’ensemble des soumissionnaires dont l’offre peut être régularisable, afin de respecter le principe d’égalité de traitement. »

Pour résumer, l’obligation de rejeter les offres irrégulières reste le principe (CE, 25 mars 2013, Département de l’Hérault, req. n°364824), et la régularisation n’est que l’exception que l’acheteur peut mettre oeuvre de manière facultative, sous réserve évidemment de respecter les conditions posées par l’article 59-II et le principe d’égalité de traitement des candidats.

 

Réponse du Conseil d’Etat : la régularisation des offres irrégulière est une faculté, non une obligation

Saisi sur pourvoi du Département des Bouches-du-Rhône, le Conseil d’Etat vient donc logiquement sanctionner pour erreur de droit le juge des référés Tribunal Administratif de Marseille en rappelant que « si, dans les procédures d’appel d’offres, l’acheteur peut autoriser tous les soumissionnaires dont l’offre est irrégulière à la régulariser, dès lors qu’elle n’est pas anormalement basse, et que la régularisation n’a pas pour effet d’en modifier les caractéristiques substantielles, il ne s’agît toutefois que d’une faculté, non d’une obligation » et en jugeant que « quels qu’aient été les motifs ayant conduit le Département des Bouches du Rhône à ne pas inviter la Société SCPA à régulariser son offre, le juge des référés précontractuels du Tribunal Administratif de Marseille a commis une erreur de droit en jugeant qu’il ne pouvait l’éliminer sans inviter au préalable cette société à la régulariser ».

Une décision bienvenue et parfaitement logique, tant en théorie qu’en pratique.

Un seul petit bémol : nous n’en serons pas plus sur ce qu’est « une modification des caractéristiques substantielles d’une offre » !

 

Nicolas CHARREL, Avocat associé au barreau de Paris et à la Cour du Luxembourg

Thomas GASPAR, Avocat associé

Article suivant
01/01/70
Brève
Des précisions quant aux modalités de contestation d’un acte règlementaire devant le juge administratif
Article suivant
08/01/18
VOEUX 2018
Article suivant
09/02/18
Brève
Ecolabels européens : mémo pratique co-rédigé par Me CHARREL pour sécuriser vos achats responsables
Article suivant
04/03/18
Décryptage
L'avenir est dans la clause de réexamen : interview de Me CHARREL et Me GASPAR
Article suivant
22/03/18
Brève
Régularisation des offres irrégulières : possibilité ou obligation ?
Article suivant
04/05/18
Brève
Doit-on donner les codes protégeant des données en enquête pénale ?
Article suivant
15/05/18
Brève
RGPD : adoption de la loi sur la protection des données personnelles
Article suivant
30/05/18
Brève
Marché public ou concession de services : une question de risque réel d'exploitation
Article suivant
01/06/18
Brève
RGPD ET COMMANDE PUBLIQUE : IMPACT IMPORTANT
Article suivant
09/06/18
Brève
Commande publique et RSE : désenchantement ou encouragement autour du critère social
Article suivant
05/07/18
Mise à jour de notre politique de confidentialité en application du RGPD
Article suivant
09/07/18
Cotraitant défaillant lors de la passation : pensez à demander le remplacement !
Article suivant
22/08/18
Publication
L’impact du RGPD sur la commande publique : interview de Me CHARREL
Article suivant
01/09/18
Publication
L’impact du RGPD sur la commande publique : suite de l'interview de Me CHARREL
Article suivant
26/09/18
Décryptage
Fonds de commerce sur le domaine public : la clientèle propre de l'occupant existe t-elle ?
Article suivant
30/10/18
Salon des Maires : Intervention de Me CHARREL sur l'actualité des marchés publics
Article suivant
23/11/18
Victoire d'un avocat du Cabinet CHARREL au concours national d'éloquence des avocats.
Article suivant
23/11/18
Commande publique : sortie imminente du futur code
Article suivant
26/11/18
Décryptage
COMPETENCE DES ACTIONNAIRES DES SPL et SEML : double meurtre au Palais-Royal 
Article suivant
01/12/18
Edgar MORIN accueilli par Nicolas CHARREL au gala de la CROIX ROUGE
Article suivant
02/12/18
Décryptage
LOI ELAN : Séminaires de décryptage des principales mesures
Article suivant
05/12/18
Code de la commande publique : avis de naissance
Article suivant
08/12/18
Décryptage
URBANISME : COMMENT IMPOSER DE FAIRE CONSTATER LES INFRACTIONS ?
Article suivant
11/12/18
CODE DE LA COMMANDE PUBLIQUE : VERSION CONSOLIDEE DISPONIBLE SUR LEGIFRANCE
Article suivant
13/12/18
Loi ELAN : fiche pratique des changements apportés dans le contentieux de l'urbanisme
Article suivant
03/01/19
VOEUX 2019
Article suivant
08/01/19
Présentation du Nouveau Code de la commande publique en webinar avec Moniteur Juris
Article suivant
11/01/19
Loi ELAN : une circulaire précise les choses
Article suivant
12/01/19
Code de la Commande publique : une 1ère table de correspondance publiée par la DAJ
Article suivant
16/01/19
Décryptage
Webinare code de la commande publique bientôt disponible sur youtube
Article suivant
16/01/19
Décryptage
Commande publique et dématérialisation : parution de la 3ème version des guides "très pratiques"
Article suivant
18/01/19
Brève
Marchés publics : Actualisation de trois fiches par la DAJ
Article suivant
30/01/19
Décryptage
ATTESTATIONS FISCALES ET SOCIALES : LA FIN DE LA PAPERASSE ?
Article suivant
02/02/19
Brève
Code de la commande publique : présentation du webinar disponible sur Youtube
Article suivant
18/02/19
Formations nouveau code de la commande publique
Article suivant
21/02/19
Publication
Mise en ligne des documents de consultation : le code de la commande publique pourrait trancher le débat
Article suivant
07/03/19
Brève
Remise en cause des aides européennes en l'absense de mise en concurrence des opérations subventionnées
Article suivant
15/03/19
Publication
La négociation en dialogue compétitif : enjeux et modalités
Article suivant
23/03/19
Brève
Mini-lots de - de 25 000 € : gré à gré ou procédure adaptée ?
Article suivant
30/03/19
Brève
Concours de maîtrise d'oeuvre des organismes d'HLM : ordonnance anti-bug du CCP
Article suivant
31/03/19
Brève
Code de la Commande Publique : Décret anti Bug et toutes les annexes au JO du 31 mars...
Article suivant
01/04/19
Décryptage
Décryptage des bugs corrigés du code de la commande publique
Article suivant
15/04/19
Décryptage
Permis de déroger pour expérimenter : novation pour l'innovation dans la construction
Article suivant
17/04/19
Reconstruction de Notre Dame avec le permis de déroger : prendre le temps de l’urgence disruptive
Article suivant
25/04/19
Brève
#LoiELAN - Contentieux du Permis modificatif : attention aux pièges de procédure
Article suivant
25/04/19
Quel est le rôle du maître d'ouvrage public dans les chantiers ?
Article suivant
23/05/19
Brève
Opérations d'aménagement et ZAC : le « potentiel de développement en énergies renouvelables » doit être pris en compte
Article suivant
28/05/19
Brève
Loi ELAN : la création d'une ZAC dans une OAP autorisée par Décret
Article suivant
03/06/19
Brève
Formation pratique des concessions dans le code de la commande publique
Article suivant
17/06/19
Brève
Réforme de l'Etat : une circulaire pour améliorer les rouages
Article suivant
24/06/19
Brève
Recours abusifs contre un permis de construire : quand le juge ne se donne pas assez d'ELAN
Article suivant
25/06/19
Brève
Hausse à 35.000 € du seuil des marchés publics prévue par le projet de loi "Proximité et engagement"
Article suivant
26/06/19
Brève
Tentative d'influence et impartialité : une mise en examen peut justifier une exclusion
Article suivant
01/07/19
Décryptage
Comment imposer de faire constater les infractions ?
Article suivant
08/07/19
Décryptage
Rigueur du règlement de consultation en procédure de concession
Article suivant
22/07/19
Facturation électronique et nouveaux bugs dans la commande publique : parution des nouvelles dispositions
Article suivant
01/08/19
Fin de OS à 0 dans les marchés publics : plutôt dure réalité pour tous que mythe
Article suivant
12/09/19
Brève
Rentrée des marchés publics au club Marchés de Nice
Article suivant
03/10/19
Publication
Commande publique : " Je rêve d’une directive 2024 qui transforme la règle dure en règle souple"
Article suivant
12/12/19
Brève
Intervention de Me Thomas GASPAR aux 17èmes rencontres de droit et procédure administrative à Marseille
Article suivant
18/12/19
Brève
Autorisations environnementales : nouvelles simplifications
Article suivant
06/01/20
Brève
Excellente nouvelle année 2020
Article suivant
08/01/20
Brève
Les soldes, c'est parti ... sauf pour les acheteurs publics !
Article suivant
22/01/20
Publication
Secret des affaires : nouveau référé dans le CJA
Article suivant
31/01/20
Brève
Médiation administrative : compte rendu des assises annuelles 2019
Article suivant
04/02/20
Publication
Contrat public : validité des clauses de réexamen
Article suivant
08/02/20
Brève
Rupture conventionnelle dans la fonction publique : c'est désormais possible
Article suivant
18/02/20
Décryptage
Les nouveaux outils de la commande publique circulaire
Article suivant
19/02/20
Brève
Constitutionnalité du délit de "Favoritisme"
Article suivant
24/02/20
Brève
Fonction publique de l'Etat - Droits de l'agent
Article suivant
26/02/20
Brève
Avis d'appel public à la concurrence dans les marchés publics
Article suivant
03/03/20
Brève
Fonction publique : le "contrat de projet" devient concret !
Article suivant
03/03/20
Brève
Réforme de la fonction publique et régime indemnitaire
Article suivant
04/03/20
Brève
Convention de délégation et droits du concessionnaire
Article suivant
04/03/20
Brève
Domaine public : précisions sur la notion et incompatibilité avec le statut d'AFUL
Article suivant
05/03/20
Brève
Interview de Me Charrel sur le site Achatpublic.Info à propos de l'arrêt rendu le 28/02/2020 sur l'indemnisation d'un candidat évincé
Article suivant
05/03/20
Brève
Responsabilité des constructeurs: quel est le statut d'un enduit de façade ?
Article suivant
05/03/20
Brève
Le « localisme » dans la commande publique arriverait-il ?
Article suivant
06/03/20
Décryptage
La commande publique à quel prix ? - La modification anticipée du prix dans les marchés publics : les clauses contractuelles de modification
Article suivant
11/03/20
Décryptage
Objet social d'une SEML et objet d'un marché public : rien ne sert de se cacher derrière une compétence que l'on n'a plus !
Article suivant
15/03/20
Brève
Un bien inclus dans le périmètre d’une association syndicale peut-il appartenir au domaine public ?
Article suivant
16/03/20
Brève
Continuité du cabinet durant la crise #covid19
Article suivant
17/03/20
Brève
Abaissement du seuil de recrutement contractuel des agents de direction de la fonction publique territoriale
Article suivant
17/03/20
Brève
Interview de Me Charrel sur le site Achatpublic.Info à propos de l’indépendance du maitre d’oeuvre
Article suivant
18/03/20
Brève
Infractions à l’urbanisme : ne pas se faire Pesquet !
Article suivant
18/03/20
Décryptage
La résiliation pour « difficultés techniques particulières » prévue par le CCAG FCS
Article suivant
18/03/20
Brève
Le Vade-Mecum des aides d'Etat 2019 est paru ! Mais sera t-il toujours d'actualité avec le covid19 ?
Article suivant
20/03/20
Brève
COVID 19 : INTERVIEW DE ME CHARREL SUR LE SITE ACHATPUBLIC.INFO À PROPOS DE L'ARTICULATION ENTRE DON ET COMMANDE PUBLIQUE
Article suivant
22/03/20
Brève
#covid19 : Modification du projet de Loi d'urgence sanitaire adoptée par l'AN et la Commission mixte paritaire
Article suivant
23/03/20
Décryptage
#COVID19 : Pas de confinement total pour le Palais Royal mais halte au jogging !
Article suivant
23/03/20
Décryptage
#COVID-19 : Ce que contient la loi d’urgence pour faire face à l’épidémie
Article suivant
24/03/20
Brève
#COVID-19 et aides aux entreprise par les Etats : pour la Commission européenne « Nécessité fait loi ».
Article suivant
30/03/20
Décryptage
DataJust : les algorithmes entrent en justice au mauvais moment
Article suivant
07/04/20
Décryptage
Article de Me Gaspar paru dans Lexbase : "Indemnisation du candidat évincé irrégulièrement en raison d’un manquement commis dans le choix de la procédure de passation du contrat"
Article suivant
09/04/20
Brève
Délai de recours : double restriction des modalités de contestation d’un acte règlementaire
Article suivant
25/04/20
Décryptage
Le droit de dérogation à certaines réglementations reconnu au préfet pérennisé
Article suivant
06/05/20
Brève
Assouplissement des conditions de télétravail dans la fonction publique
Article suivant
29/05/20
Décryptage
Zoom sur le nouveau rescrit préfectoral
Article suivant
02/06/20
Brève
Nouvelle édition des guides « très pratiques » de la dématérialisation des marchés publics
Article suivant
02/06/20
Décryptage
La réparation par le juge administratif du préjudice subi par la personne publique victime de la pratique anti-concurrentielle d’entente par plusieurs entreprises
Article suivant
05/06/20
Brève
Réouverture des terrasses… et des référés précontractuel et contractuel pour les candidats évincés ayant remis une offre irrégulière
Article suivant
05/06/20
Brève
Recours en contestation de la validité d’un contrat administratif – précisions sur point de départ du délai de recours
Article suivant
22/06/20
Brève
Neutralisation d’une neutralisation d'un critère d'attribution à l'occasion du jugement des offres
Article suivant
22/06/20
Brève
Pondération des critères d'attribution – La liberté surveillée de l’acheteur public
Article suivant
29/06/20
Brève
Modernisation des SCoT et rationalisation de la hiérarchie des normes : les derniers soubresauts de la loi ELAN - PARTIE 1
Les auteurs de l’article
Nicolas Charrel - Avocat associé - Médiateur
Nicolas Charrel
Avocat associé et Médiateur
Thomas GASPAR - Avocat associé
Thomas Gaspar
Avocat associé

Partager cette actualité sur les réseaux sociaux

Revenir
Nicolas Charrel
  • Avocat associé
  • Avocat au barreau de Paris
  • Avocat européen à la Cour du Luxembourg
  • Médiateur auprès des juridictions administratives
  • Formateur expert du Groupe Moniteur
Formations:
  • Prestation de serment (1995)
  • Certificat d'aptitude à la Profession d'Avocat (1995)
  • DEA Droit public de l’entreprise
Biographie

En sa qualité d’associé et référent sur les dossiers de la plupart des clients, Nicolas Charrel intervient de manière transversale dans l’ensemble des dossiers cités dans les références du cabinet dans la plupart des domaines du droit public des affaires et des institutions publiques, que ce soit en droit administratif général, en droit des contrats publics (marchés publics – délégations de service public – PPP – BEA – COT…), en droit de l’aménagement (urbanisme, construction, environnement) en droit pénal des personnes publiques.

Nicolas Charrel a pu acquérir une forte expérience de terrain, à l’écoute des services, des opérationnels et des élus, grâce à son expérience au sein des services juridiques.

Dans le domaine de l’assistance à maîtrise d’ouvrage, il  a acquis une expérience avérée en ce qui concerne le droit applicable aux acteurs publics (définition et évolution des compétences, identification des schémas généraux et planning de procédures, suivi des procédures administratives de la détermination des prestataires d’études jusqu’au traitement des réclamations des entreprises de travaux et gestion des contentieux en responsabilité, procédures d’urbanisme, financement…).

Il a également une forte expérience transversale dans le domaine de la construction publique d’équipements d’infrastructure et de superstructure comme en matière d’aménagement, garantissant les maîtres d’ouvrage d’une réelle capacité d’anticipation des difficultés qui se rencontrent à toutes les étapes de l’opération.

Son expérience de bientôt 30 ans dans l’assistance juridique et le contentieux lui permet d’assurer une véritable ingénierie juridique dans la conduite des projets publics, une capacité d’appréhender la dimension risk management pour les décisions à prendre, de définir la stratégie en cas de contentieux et d’assurer la défense et la représentation devant toutes les juridictions pouvant être saisies.

Ses dernières références significatives
  • Assistance mise en place expérimentale et innovante de Lodge Boats
  • Acquisition du Stade de football des Costières par le Nîmes Olympique
  • Contrat de réhabilitation des bains de Strasbourg
  • Assistance juridique pour la réalisation du Stade Jean Bouin à Paris
Ses derniers articles
Dernière actu
29/06/20
Brève
Partie 1 : Les contours du SCoT moderne
22/06/20
Brève
La pondération de la valeur technique à 90% est-elle manifestement disporportionnée ou simplement entachée d'une erreur manifeste d'appréciation ?
22/06/20
Brève
Noter toutes les offres à 0 sur leur valeur technique : chercher l'erreur, pourtant il n'y en aurait pas ! Dire que l'adjudication est en principe interdite...
Revenir
Thomas Gaspar
  • Avocat associé
  • Avocat au barreau de Montpellier
  • Chargé d'enseignement à l'Université Montpellier 1 (M2 Contrats Publics et Partenariats)
  • Chargé d'enseignement à l'Université Montpellier (Magistère Droit Public Appliqué)
Formations:
  • Prestation de serment (2012)
  • Certificat d'Aptitude à la Profession d'Avocat (2012)
  • Master II Contrats Publics et Partenariats (2010)
Biographie

Avocat associé depuis le 1er janvier 2017, Me Thomas GASPAR a rejoint le cabinet le 1er juin 2013. Son expérience de près de 7 ans d’accompagnement des acheteurs publics ou privés lui permet aujourd’hui d’avoir une vision globale de la mise en œuvre de projets dans le domaine du droit public des affaires, pour assister les personnes publiques dans le montage d’opérations publiques nécessitant des compétences transversales et droit de la commande publique, droit de la construction et droit de l’urbanisme et de l’aménagement

Ses dernières références significatives
  • Assistance à maîtrise d’ouvrage pour la réalisation d’un parc avec plan d’eau comportant une activité de pêche de loisirs et de téléski nautique
  • Assistance à maîtrise d’ouvrage pour la réalisation d’une opération de réaménagement du centre-ville
  • Assistance juridique globale pour le transfert à une SPL de la gestion d’un office de tourisme intercommunal géré initialement par une association loi 1901
  • Assistance juridique relative aux modalités de mise en œuvre d’un contrat de « naming » sur un équipement public de type Aréna et ses impacts sur la délégation de service public conclue pour l’exploitation (PI, Commande publique, domanialité)
  • Assistance dans la gestion d’un désordre survenu sur le bâtiment des archives départementales (garantie de parfait achèvement et décennale, opérations d’expertise judiciaire, prise en charge par l’assurance dommage ouvrage)
  • Pilotage d’une mission globale d’assistance juridique aux suivies de 13 opérations d’aménagement sur le territoire de la Commune.
  • Étude juridique relative au devenir des fonds de commerce à l’expiration d’une autorisation d’occupation du domaine public
Ses derniers articles
02/06/20
Décryptage
07/04/20
Décryptage
Quelles peuvent être les indemnités au bénéfice d'un candidat évincé d'une procédure irrégulière ?
18/03/20
Décryptage
Le CCAG FCS prévoit une hypothèse peu connue de résiliation du marché en cas de « difficultés techniques particulières ».

Partager cette actualité sur les réseaux sociaux