logo_charrel_avocats_orange
Reprise personnel transfert de compétence préfet EPCI QPC

15/01/2021

Collectivités territoriales / Droit administratif

Reprise du personnel imposée par le Préfet : ne pas rester sur le carreau en cas de transfert de compétence

Intercommunalité : la reprise du personnel décidée par le préfet est conforme au principe de libre administration des collectivités territoriales

Dans une décision « Commune de Carnin » du 11 décembre 2020, le Conseil d’Etat a considéré que la loi laissait au préfet du département le soin de fixer la répartition des agents repris à la suite d’une reprise de compétences d’un EPCI, dans la seule hypothèse d'une absence d'accord entre l'établissement public et les communes membres. La Haute assemblée a estimé que les dispositions en cause, résultant du IV bis de l’article L. 5211-4-1 du CGCT, étaient conformes à l’article 72 de la Constitution et rejeté la transmission de la QPC.

1. Réaffectation du personnel : exigence législative d’un accord entre les collectivités à la suite d’une décision de restitution de compétences d’un EPCI

Préalablement à la fusion d’une communauté de communes (« CC ») avec la métropole de Lille, une restitution des compétences non exercées par cette dernière devait intervenir entre la CC, la commune de Carnin et les autres communes membres.

C’est dans ce cadre qu’un accord devait nécessairement être conclu entre l’EPCI et ses communes membres, en application du IV bis de l’article L. 5211-4-1 du code général des collectivités territoriales (CGCT). Or à la suite de négociations quasiment achevées entre les collectivités concernées, la question de la reprise d’un agent habituellement affecté aux espaces verts demeurait sur la touche.

A ce titre, les dispositions contestées par la commune prévoient que les personnels qui avaient été transférés à l’EPCI ou recrutés par lui et qui étaient intégralement affectés à la mise en œuvre de la compétence restituée font l’objet d’une répartition entre les communes, définie d’un commun accord par une convention entre l’EPCI et les communes. A défaut d’accord dans un délai de trois mois à compter de la restitution des compétences, la répartition est fixée par un arrêté du préfet de département (CGCT, point 2° du IV bis de l’article L. 5211-4-1).

C’est précisément la fixation de cette répartition qui est contestée par la commune requérante, cette dernière estimant que les dispositions législatives en cause portent une atteinte disproportionnée au principe de libre administration des collectivités territoriales, issu de l’article 72 de la constitution.

2. Le moyen tiré d’une violation de l’article 72 de la Constitution ne présente pas de caractère sérieux

Le Conseil d’Etat a rappelé que l’exigence législative d’un accord entre les collectivités concernées poursuit une finalité d’intérêt général tenant à la continuité dans l'exercice des compétences transférées et à la protection des garanties que les agents tirent de leur statut, et qu’en l’absence d’un tel accord, l’effectivité de cette règle impliquait l’intervention du préfet (point 5 de la décision commentée).

A ce titre, le juge interprète les dispositions comme prévoyant des garanties suffisantes, dès lors que l’intervention du préfet est soumise à deux conditions :

  • Le préfet n’intervient qu’en cas de blocage, résultant d’une absence d’accord entre les collectivités concernées durant une période supérieure à trois mois ;
  • La répartition décidée par ce dernier obéit à une stricte nécessité de partage équilibré, qui tient compte des besoins effectifs de chaque commune au regard des conditions d'exercice de la compétence restituée et des ressources dont elle dispose, y compris celles résultant de la répartition des biens et de la redéfinition des relations financières avec l'EPCI en conséquence de la même restitution de compétence.

Par cette deuxième condition, résultant d’une interprétation dynamique de la loi à l’initiative du juge, le Conseil d’Etat a défini le cadre dans lequel l’arrêté préfectoral devait intervenir en application des dispositions législatives contestées.

Clôturant le paysage, le juge a pris soin de préciser que l’arrêté préfectoral portant répartition des personnels est soumis au contrôle du juge administratif compétent, dans le cadre d’un recours pour excès de pouvoir.

Dans ces conditions, l’intervention du préfet apparaissait non seulement constitutive d’une restriction proportionnée au principe de libre administration des collectivités, mais elle permettait surtout d’assurer les autres objectifs fixés dans l’article 72 de la Constitution : « dans les collectivités territoriales (…), le représentant de l'État, (…) a la charge des intérêts nationaux, du contrôle administratif et du respect des lois ».

Ainsi que le rappelle le rapporteur public dans cette affaire, le Conseil constitutionnel en déduit qu’il «appartient donc au législateur de prévoir l'intervention du représentant de l'État pour remédier, sous le contrôle du juge, aux difficultés résultant de l'absence de décision de la part des autorités décentralisées compétentes en se substituant à ces dernières lorsque cette absence de décision risque de compromettre le fonctionnement des services publics et l'application des lois » (décision n° 82-149 DC du 28 décembre 1982, §11 à 13 ; décision n° 2007-556 DC du 16 août 2007, §24).

C’est au terme de cette construction prétorienne du cadre légal applicable que le Conseil d’Etat a rejeté la QPC comme ne portant pas sur une question nouvelle.

Conseil d’Etat, 11 décembre 2020, Commune de Carnin, n° 436532.

Article suivant
01/01/70
Des précisions quant aux modalités de contestation d’un acte règlementaire devant le juge administratif
Article suivant
08/01/18
VOEUX 2018
Article suivant
09/02/18
Commande publique / droit public économique
Ecolabels européens : mémo pratique co-rédigé par Me CHARREL pour sécuriser vos achats responsables
Article suivant
04/03/18
Commande publique / droit public économique
L'avenir est dans la clause de réexamen : interview de Me CHARREL et Me GASPAR
Article suivant
22/03/18
Commande publique / droit public économique
Régularisation des offres irrégulières : possibilité ou obligation ?
Article suivant
04/05/18
Pénal des affaires publiques
Doit-on donner les codes protégeant des données en enquête pénale ?
Article suivant
15/05/18
Propriété intellectuelle / NTIC / RGPD
RGPD : adoption de la loi sur la protection des données personnelles
Article suivant
30/05/18
Commande publique / droit public économique
Marché public ou concession de services : une question de risque réel d'exploitation
Article suivant
01/06/18
Propriété intellectuelle / NTIC / RGPD
RGPD ET COMMANDE PUBLIQUE : IMPACT IMPORTANT
Article suivant
09/06/18
Commande publique / droit public économique
Commande publique et RSE : désenchantement ou encouragement autour du critère social
Article suivant
05/07/18
Propriété intellectuelle / NTIC / RGPD
Mise à jour de notre politique de confidentialité en application du RGPD
Article suivant
09/07/18
Commande publique / droit public économique
Cotraitant défaillant lors de la passation : pensez à demander le remplacement !
Article suivant
22/08/18
Propriété intellectuelle / NTIC / RGPD
L’impact du RGPD sur la commande publique : interview de Me CHARREL
Article suivant
01/09/18
Propriété intellectuelle / NTIC / RGPD
L’impact du RGPD sur la commande publique : suite de l'interview de Me CHARREL
Article suivant
26/09/18
Construction / Immobilier public et privé
Fonds de commerce sur le domaine public : la clientèle propre de l'occupant existe t-elle ?
Article suivant
30/10/18
Commande publique / droit public économique
Salon des Maires : Intervention de Me CHARREL sur l'actualité des marchés publics
Article suivant
23/11/18
Victoire d'un avocat du Cabinet CHARREL au concours national d'éloquence des avocats.
Article suivant
23/11/18
Commande publique : sortie imminente du futur code
Article suivant
26/11/18
Commande publique / droit public économique
COMPETENCE DES ACTIONNAIRES DES SPL et SEML : double meurtre au Palais-Royal 
Article suivant
01/12/18
Edgar MORIN accueilli par Nicolas CHARREL au gala de la CROIX ROUGE
Article suivant
02/12/18
Urbanisme / Environnement / Aménagement
LOI ELAN : Séminaires de décryptage des principales mesures
Article suivant
05/12/18
Commande publique / droit public économique
Code de la commande publique : avis de naissance
Article suivant
08/12/18
Urbanisme / Environnement / Aménagement
URBANISME : COMMENT IMPOSER DE FAIRE CONSTATER LES INFRACTIONS ?
Article suivant
11/12/18
Commande publique / droit public économique
CODE DE LA COMMANDE PUBLIQUE : VERSION CONSOLIDEE DISPONIBLE SUR LEGIFRANCE
Article suivant
13/12/18
Urbanisme / Environnement / Aménagement
Loi ELAN : fiche pratique des changements apportés dans le contentieux de l'urbanisme
Article suivant
03/01/19
VOEUX 2019
Article suivant
08/01/19
Commande publique / droit public économique
Présentation du Nouveau Code de la commande publique en webinar avec Moniteur Juris
Article suivant
11/01/19
Urbanisme / Environnement / Aménagement
Loi ELAN : une circulaire précise les choses
Article suivant
12/01/19
Commande publique / droit public économique
Code de la Commande publique : une 1ère table de correspondance publiée par la DAJ
Article suivant
16/01/19
Commande publique / droit public économique
Webinare code de la commande publique bientôt disponible sur youtube
Article suivant
16/01/19
Commande publique / droit public économique
Commande publique et dématérialisation : parution de la 3ème version des guides "très pratiques"
Article suivant
18/01/19
Commande publique / droit public économique
Marchés publics : Actualisation de trois fiches par la DAJ
Article suivant
30/01/19
Commande publique / droit public économique
ATTESTATIONS FISCALES ET SOCIALES : LA FIN DE LA PAPERASSE ?
Article suivant
02/02/19
Commande publique / droit public économique
Code de la commande publique : présentation du webinar disponible sur Youtube
Article suivant
18/02/19
Formations nouveau code de la commande publique
Article suivant
21/02/19
Commande publique / droit public économique
Mise en ligne des documents de consultation : le code de la commande publique pourrait trancher le débat
Article suivant
07/03/19
Commande publique / droit public économique
Remise en cause des aides européennes en l'absense de mise en concurrence des opérations subventionnées
Article suivant
15/03/19
Commande publique / droit public économique
La négociation en dialogue compétitif : enjeux et modalités
Article suivant
23/03/19
Commande publique / droit public économique
Mini-lots de - de 25 000 € : gré à gré ou procédure adaptée ?
Article suivant
30/03/19
Commande publique / droit public économique
Concours de maîtrise d'oeuvre des organismes d'HLM : ordonnance anti-bug du CCP
Article suivant
31/03/19
Commande publique / droit public économique
Code de la Commande Publique : Décret anti Bug et toutes les annexes au JO du 31 mars...
Article suivant
15/04/19
Urbanisme / Environnement / Aménagement
Permis de déroger pour expérimenter : novation pour l'innovation dans la construction
Article suivant
17/04/19
Urbanisme / Environnement / Aménagement
Reconstruction de Notre Dame avec le permis de déroger : prendre le temps de l’urgence disruptive
Article suivant
25/04/19
Urbanisme / Environnement / Aménagement
#LoiELAN - Contentieux du Permis modificatif : attention aux pièges de procédure
Article suivant
25/04/19
Quel est le rôle du maître d'ouvrage public dans les chantiers ?
Article suivant
23/05/19
Urbanisme / Environnement / Aménagement
Opérations d'aménagement et ZAC : le « potentiel de développement en énergies renouvelables » doit être pris en compte
Article suivant
28/05/19
Loi ELAN : la création d'une ZAC dans une OAP autorisée par Décret
Article suivant