04/12/20
Commande publique / droit public économique

Validation de la Loi ASAP : il était temps !

Loi « ASAP » : top départ des mesures relatives à la commande publique

La loi d’accélération et de simplification de l’action publique (« ASAP »), adoptée le 28 octobre 2020, prévoit un ensemble de mesures destinées à adapter durablement la commande publique à la crise sanitaire, ainsi qu’à soutenir les PME, artisans et entreprises en difficultés. Figurent également de nouveaux cas de dispense de publicité et de mise en concurrence. Déclarées conformes à la Constitution, ces dispositions ont été promulguées : loi n° 2020-1525 du 7 décembre 2020 (ci-dessous). Décryptage.

1. Le projet de loi : une trajectoire réajustée pour inclure des mesures relatives à la commande publique

Déposé le 2 février 2020, le projet de loi présenté par le ministre de l’économie et des finances a été adopté au Sénat après engagement de la procédure accélérée, le 5 mars 2020. En dépit de ce démarrage à vive allure, la mise en œuvre de l’état d’urgence sanitaire ainsi que la discussion de nombreux amendements ont repoussé l’adoption définitive du projet de loi au 28 octobre 2020.

Si le projet initial ne mentionnait pas de mesures spécifiques à la commande publique, il y a lieu de retenir que le projet final et en particulier son article 132, vise à pérenniser le peloton de mesures réglementaires déjà prises à compter du mois de mars 2020, parmi lesquelles figurait l’ordonnance n°2020-319 du 25 mars 2020. En ce sens, la loi ajoute un livre VII au code de la commande publique, spécialement dédié aux « circonstances exceptionnelles » (articles L. 2711-1 et suivants) et devant ainsi permettre aux acheteurs publics de faire face à toute nouvelle crise à l’avenir.

L’article 131 innove en faveur de la conclusion de marchés publics sans publicité ni mise en concurrence pour un « motif d’intérêt général », et prévoit en outre un assouplissement de l’accès à la commande publique pour les PME et artisans, ainsi que pour les entreprises en difficulté.

Enfin, l’article 142 prévoit de relever à 100 000 euros le seuil de dispense de publicité et de mise en concurrence pour la conclusion des marchés publics de travaux, jusqu’au 31 décembre 2022.

Tandis que 26 articles ont été déclarés contraires à l’article 39 de la Constitution, en tant qu’ils constituent des « cavaliers législatifs » (dispositions n’ayant pas leur place dans la loi en tant qu’elles sont dépourvues de liens avec le projet initial), l’ensemble des dispositions relatives à la commande publique a été validé par le Conseil constitutionnel (décision n° 2020-807 DC du 3 décembre 2020).

2. Des dispositions nouvelles relatives aux entreprises en difficultés, assouplissant à la fois les conditions d’accès et de résiliation des contrats de la commande publique

2.1. L’accès à la commande publique désormais sécurisé pour les entreprises en difficultés bénéficiant d’un plan de redressement (articles L. 2141-3 et L. 3123-3 du code de la commande publique)

L’initiative du législateur tend en effet à limiter le périmètre des exclusions prévues à l’article L. 2141-3 du code de la commande publique, en écartant l’hypothèse des entreprises disposant d’un plan de redressement notamment à long terme.

A l’issue de la période d’observation et s’il existe des perspectives de redressement de l’entreprise entrée dans une procédure de redressement judiciaire, le tribunal compétent arrête un plan de redressement. La durée du plan est fixée par le tribunal et ne peut excéder la limite de 10 ans. Il est essentiel pour l’entreprise de suivre le plan, à défaut de quoi la liquidation judiciaire est prononcée d’office.

En 2018, 4 300 entreprises ont bénéficié d’un plan de redressement, contre 4800 l’année précédente (Ministère de la justice, Références statistiques « justice civile et commerciale », données 2018). Il convient par ailleurs de noter qu’il s’écoule 14 mois en moyenne entre le jugement d’ouverture et le jugement arrêtant un plan de redressement.

Ainsi durant l’exécution d’un plan de redressement, l’accès aux contrats de la commande publique peut constituer un enjeu crucial pour l’activité de ces entreprises, notamment pour leur permettre d'assurer un chiffre d'affaires suffisant, justement pour leur permettre de réaliser le plan de redressement.

Désormais, les dispositions de l’article L. 2141-3 du code de la commande publique sécurisent l'impossibilité de rejet automatique de la candidature d’une entreprise disposant d’un plan de redressement. Cette obligation demeure toutefois pour les entreprises en difficulté qui n’en disposent pas, désignant essentiellement celles se trouvant dans les situations suivantes :

  • Se trouvant en période d’observation d'une durée insuffisante au regard de de la durée d'exécution du marché ;
  • Dont la demande de redressement a été rejetée ;
  • Placées en liquidation judiciaire.

Au moment de l’ouverture et de l’analyse des candidatures, l’acheteur devra ainsi veiller à ne pas écarter, pour ce seul motif, les plis des entreprises disposant d’un plan de redressement.

2.2. La résiliation d’un contrat de la commande publique alignée sur le droit commun des procédures collectives (articles L. 2195-4 et L. 3123-3 du code de la commande publique)

Lorsque, en cours d’exécution d’un marché ou d’une concession, l’entreprise titulaire est placée en procédure de redressement judiciaire, l’acheteur pourra désormais prononcer la résiliation du marché, sous réserve de démontrer l’un des deux motifs de résiliation de plein droit prévues à l’article L. 622-13 du code de commerce.

La résiliation est ainsi autorisée dans les deux cas de figure suivants :

  • Après une mise en demeure de prendre parti sur la poursuite du contrat adressée par le cocontractant à l'administrateur et restée plus d'un mois sans réponse. Avant l'expiration de ce délai, le juge-commissaire peut impartir à l'administrateur un délai plus court ou lui accorder une prolongation, qui ne peut excéder deux mois, pour se prononcer ;
  • A défaut de paiement et d'accord du cocontractant pour poursuivre les relations contractuelles. En ce cas, le ministère public, l'administrateur, le mandataire judiciaire ou un contrôleur peut saisir le tribunal aux fins de mettre fin à la période d'observation.

Jusqu’à présent, la résiliation d’un contrat de la commande publique demeurait exclue en cas de placement en procédure collective. Désormais, les règles de résiliation applicables aux contrats de la commande publique exécutés avec une entreprise en difficulté se placent dans le sillon de celles des contrats de droit commun.

 

3. Des dispositions nouvelles en faveur de l’accès des PME et artisans aux marchés globaux (articles L. 2152-9 et L. 2171-8 du code de la commande publique).

 

La part d’exécution du marché que le soumissionnaire s’engage à confier à des PME constitue désormais une condition d’exécution obligatoire des marchés globaux (article L. 2171-8 du code) et pourra également constituer un critère d’attribution de ces marchés (article L. 2171-1 du code).

Quelle ampleur cette « part minimale » devra-t-elle constituer ? Constitue-t-elle un réel progrès pour les PME ?

Le législateur laisse le soin au pouvoir réglementaire de déterminer celle-ci, toutefois il serait surprenant que cette part soit inférieure à 10% du montant prévisionnel du marché.

En effet il y a fort à penser que ce dernier s’inspire d’une part du régime des marchés de partenariats (article L. 2222-4 du code de la commande publique), et d’autre part du régime provisoire des contrats globaux issu de l’ordonnance n° 2020-738 du 17 juin 2020 portant diverses mesures en matière de commande publique (article 2), au sein desquels une part de 10% de ces contrats est fixée au bénéfice des PME. Ces dispositions réglementaires ont vocation à s’appliquer jusqu’à juillet 2021.

Les modifications introduites tendent ainsi à assurer, pour des opérations au sein desquelles les PME et artisans interviennent le plus souvent en qualité de sous-traitants, un accès bienvenu à la commande publique en qualité de titulaires.

 

4. La facilitation de la conclusion de contrats sans publicité ni mise en concurrence

 

4.1 Les marchés publics conclus sans publicité ni mise en concurrence en raison d’un motif d’intérêt général (article L. 2122-1 et L 2322-1 in fine du code de la commande publique)

Il s’agit d’une véritable innovation tendant à ce que soit admise l’invocation d’un motif d’intérêt général pour déroger aux obligations de publicité et de mise en concurrence.

Or comme l’a noté le Conseil d’État, la partie législative actuelle du code de la commande publique ne comporte pas la mention de l’intérêt général comme motif permettant de modifier les seuils par voie réglementaire et, dans la foulée, accroitre si nécessaire le champ des contrats de la commande publique conclus sans formalités de publicité ni mise en concurrence.

Aux termes de la direction des affaires juridiques du ministère de l’économie (DAJ) : « cette mention permet de sécuriser juridiquement les évolutions réglementaires qui pourraient intervenir pour simplifier et accélérer la conclusion de certains marchés, notamment dans des secteurs confrontés à des difficultés économiques importantes ou constituant des vecteurs essentiels de la relance économique. »

Néanmoins, cette nouvelle hypothèse est-elle compatible avec les principes de la commande publique tels qu’ils résultent du droit de l’Union européenne ?

La directive 2014/24/UE du Parlement européen et du Conseil du 26 février 2014 sur la passation des marchés publics et abrogeant la directive 2004/18/CE, prévoit en effet que « compte tenu de ses effets négatifs sur la concurrence, le recours à une procédure négociée sans publication préalable d’un avis de marché devrait être réservé à des circonstances très exceptionnelles » (directive 2014/24/UE précitée, considérant 50).

Or, cette directive ne prévoit que deux hypothèses permettant de confier un marché à un opérateur sans publicité ni mise en concurrence :

  • Raisons d’extrême urgence résultant d’événements imprévisibles qui ne sont pas imputables au pouvoir adjudicateur ;
  • Lorsqu’il est clair dès le départ qu’une publication ne susciterait pas plus de concurrence ou n’apporterait pas de meilleurs résultats, en particulier lorsque le marché ne peut être confié qu’à un seul opérateur économique pour des raisons artistiques, techniques ou tenant à la protection de droits exclusifs.

Le « motif d’intérêt général » doit-il ainsi s’inscrire dans l’une de ces deux hypothèses ? S’agit-il d’innover en créant une troisième hypothèse, au risque de se placer hors du champ de la directive ?

Un effort d’imagination semble ainsi permis. A ce titre, le Conseil constitutionnel retient que : « Par les dispositions contestées, le législateur a renvoyé au pouvoir réglementaire la détermination des motifs d'intérêt général susceptibles de justifier, compte tenu des circonstances de l'espèce, de déroger aux règles de publicité et de mise en concurrence préalables. Il a précisé que ces dérogations ne sauraient s'appliquer que dans le cas où, en raison notamment de l'existence d'une première procédure infructueuse, d'une urgence particulière, de son objet ou de sa valeur estimée, le recours à ces règles serait manifestement contraire à de tels motifs. » (décision n° 2020-807 DC précitée, point 43).

Ainsi le « motif d’intérêt général » désigné devra nécessairement s’inscrire dans l’une des trois hypothèses déjà prévues à l’article L. 2122-1 du code de la commande publique. Pour rappel, les dispositions de cet articles énoncent que : « L'acheteur peut passer un marché sans publicité ni mise en concurrence préalables dans les cas fixés par décret en Conseil d'Etat lorsque, en raison notamment de l'existence d'une première procédure infructueuse, d'une urgence particulière, de son objet ou de sa valeur estimée, le respect d'une telle procédure est inutile, impossible ou manifestement contraire aux intérêts de l'acheteur ».

La lecture retenue par les Sages tend ainsi à indiquer que le motif d’intérêt général se trouverait non dans les « raisons » issues de ces dispositions – existence d'une première procédure infructueuse, d'une urgence particulière, de son objet ou de sa valeur estimée – mais dans les conséquences à en tirer. Ainsi aux côtés du caractère « inutile », « impossible » ou « manifestement contraire aux intérêts de l’acheteur », le motif d’intérêt général permettrait d’élargir cette énumération à de nouveaux cas.

4.2 Des marchés publics de travaux conclus sans publicité ni mise en concurrence jusqu’à 100 000 euros HT

Selon les déclarations de M. RAMOS, président de la Fédération régionale des travaux publics d’Ile-de-France (FRTP) : « En Ile-de-France, sur les dix premiers mois de 2020, les appels d’offres ont chuté de 33 % par rapport à la même période de 2019, ce qui représente 2 000 consultations en moins ».

Le débat relatif à l’opportunité d’exclure de toute formalité de publicité et de mise en concurrence les marchés de travaux dont la valeur n’excède pas 100 000 euros HT concerne en premier lieu les effets économiques d’une telle mesure, s’agissant d’une part d’un secteur dans lequel les volumes financiers de ces contrats excèdent aisément ce seuil, et d’autre part d’un risque de renouer avec des pratiques contraires à l’idée de transparence de la vie économique et des procédures publiques.

La mesure adoptée suffira-t-elle à relancer la commande publique et à rassurer les acteurs du secteur ?  

Au-delà de ces interrogations, la question de la détermination quantitative des seuils de publicité et de mise en concurrence réintroduit le débat relatif à la compétence que le législateur tient du domaine fixé par l’article 34 de la constitution, et de son conflit éventuel avec celle que le pouvoir réglementaire tient de l’article 37.

Confronté à cette problématique lors des discussions de la loi SAPIN 2 du 9 décembre 2016, ratifiant la réforme du Code des marchés publics entrée en vigueur le 1er avril 2016, le Premier Ministre de l’époque, Manuel VALLS, avait saisi le Conseil Constitutionnel pour avis sur la compétence du législateur pour la détermination du montant de ce seuil.

Le Conseil constitutionnel avait alors précisé que relèvent du domaine de la loi « la définition des procédures de passation des marchés et accords-cadres passés par les collectivités territoriales, leurs groupements et les établissements publics locaux, celle des règles et modalités encadrant l'usage de ces procédures et la définition des critères en fonction desquels des seuils peuvent être retenus » (avis, n° 2015-257 L du 13 août 2015, cons. 5).

Sans préjudice de cette compétence législative, il appartient en revanche au pouvoir réglementaire de « préciser les éléments quantitatifs tels que le montant des marchés et accords-cadres autorisant le recours à l'une ou l'autre de ces procédures de passation » (avis n° 2015-257 précité).

A cet égard, le Conseil constitutionnel a réaffirmé en des termes quasi-identiques la première partie de la solution précitée, relative au domaine de la loi, comme suit :

« Il en résulte que relèvent du domaine de la loi la définition des procédures de passation des marchés passés par les collectivités territoriales, leurs groupements et les établissements publics locaux ainsi que la définition des règles et modalités encadrant l'usage de ces procédures » (décision n° 2020-807 DC précitée, point 43).

Il convient toutefois de retenir deux éléments essentiels :

  • Ce rappel s’inscrit, non dans les motifs venant au soutien de la déclaration de constitutionnalité de l’article 142 réhaussant le seuil à 100 000 euros HT (points 52 à 59 de la décision) mais dans les motifs relatifs à l’examen de l’article 131 (points 40 à 45 de la décision) d’une part,
  • Ce rappel vise expressément les compétences relevant du domaine de la loi, mais demeure silencieux s’agissant des compétences relevant du pouvoir réglementaire.

Faut-il déduire de cette absence de mention des compétences du pouvoir réglementaire que ce dernier ne saurait seul « préciser les éléments quantitatifs tels que le montant des marchés et accords-cadres autorisant le recours à l'une ou l'autre de ces procédures de passation » ?

Quelle que soit l’interprétation qu’il conviendra de tirer sur ce point, il convient de relever que l’article 142 – de même que les articles 131 et 132 précités – ont été expressément déclarés conformes à la Constitution dans les motifs et le dispositif de la décision. Ce faisant, la voie de la contestation par la voie du contrôle a posteriori, au moyen d’une question prioritaire de constitutionnalité (QPC), semble avoir perdu l’une des conditions de fond nécessaires à sa recevabilité.

Le débat constitutionnel relatif au volet commande publique de la loi ASAP semble donc clos.  

Prochaines étapes de la course ? Une fois promulguée, la loi exigera un certain nombre de décrets et de dispositions réglementaires nécessaires à son application, à commencer par la délicate définition des motifs d’intérêt général permettant d’avoir recours à des marchés sans publicité ni mise en concurrence, ou encore de l’ampleur de la part minimale des marchés globaux à confier aux PME.

Le relai de la loi ASAP se trouve donc désormais entre les mains du pouvoir exécutif.

 

5. L’interprétation simplifiée des directives applicables à la commande publique

 

5.1. Le retour à une lecture simplifiée des conditions de passation des marchés publics de prestation juridique (L. 2512-5, 8° et L. 3212-4, 7° du code de la commande publique)

Toujours dans un objectif de « simplification », le législateur a également souhaité modifier la lecture qu’il convenait de retenir des directives applicables à la commande publique, s’agissant de deux points importants.

L’article 140 de la loi revient ainsi sur ce qui avait pu être qualifié de « sur-transposition » des directives européennes du 26 février 2014 (article 10 de la directive 2014/24/UE et article 21 de la directive 2014/25/UE) s’agissant des marchés de prestations juridique, afin que les marchés de services ayant pour objet la représentation légale d’un client par un avocat ainsi que les prestations de conseil juridique afférentes, soient désormais exclus du champ d’application du code de la commande publique.

5.2. Modifications des contrats : facultés ouvertes à tous les contrats de la commande publique conclus avant le 1er avril 2016 (articles L. 2194-1 et L. 3135-1 du code de la commande publique).

L’article 133 de la loi prévoit que désormais, les contrats pour lesquels une consultation a été engagée ou un avis d’appel à la concurrence a été envoyé à la publication avant le 1er avril 2016 peuvent être modifiés sans nouvelle procédure de mise en concurrence dans les conditions définies par le code de la commande publique.

Ce faisant, le législateur a rectifié une lecture jusqu’alors « inversée » de la directive concession, laquelle avait pour objet d’introduire de nouvelles modalités de modification des contrats en cours qui avaient vocation à s’appliquer immédiatement aux marchés publics mais impliquait une application différée pour les concessions, en raison des caractéristiques particulières de ces dernières au regard des impératifs de sécurité juridique et de confiance légitime. Le droit national avait jusqu’à présent retenu une application immédiate aux seules concessions en cours.

La trajectoire est désormais rectifiée puisque ce régime est désormais applicable à tous les contrats de la commande publique conclus avant le 1er avril 2016.

 

6. Unification des règles applicables aux marchés réservés (article L. 2113-14 du code de la commande publique)

Quelle que soit la procédure de passation choisie, l’acheteur peut organiser son achat en ayant recours à des marchés réservés, principalement dans deux cas de figures :

  • Marchés réservés à réservés à des entreprises adaptées, à des établissements et services d'aide par le travail mentionnés ainsi qu'à des structures équivalentes, lorsqu'ils emploient une proportion minimale de travailleurs handicapés qui, en raison de la nature ou de la gravité de leurs déficiences, ne peuvent exercer une activité professionnelle dans des conditions normales (article L. 2113-12 du code de la commande publique) ;
  • Marchés réservés à des structures d’insertion par l’activité économique ou à des structures équivalentes, lorsqu’elles emploient des travailleurs défavorisés (article L. 2113-13 du code de la commande publique) ;

Or jusqu’à présent, le recours à ces catégories de structures ne pouvait être réalisé de façon combinée.

Désormais, les dispositions de l’article L. 2113-14 du code de la commande publique (issues de l'article 141 de la loi ASAP) prévoient qu’un acheteur peut réserver un même marché ou un même lot d’un marché aux opérateurs économiques relevant de chacune de ces catégories (entreprises adaptées, ESAT et structures d’insertion par l’activité économique), facilitant ainsi la synergie entre les acteurs des marchés « sociaux » et le développement des achats responsables.

 

7. Facilitation du recours aux marchés globaux pour le Grand Paris Express, et aux marchés de conception-réalisation pour les infrastructures de transports de l’Etat (art. L. 2171-4 et L. 2171-6 du code de la commande publique)

 

Enfin, les articles 143 et 144 prévoient respectivement que le périmètre des marchés globaux est élargi pour la construction et la valorisation immobilière de projets connexes au Grand Paris Express d’une part, et permettent le recours à ces marchés ayant pour objet la conception, la construction, l’aménagement, l’exploitation, la maintenance ou l’entretien pour les infrastructures de transport de l’État d’autre part.

 

Loi d’accélération et de simplification de l’action publique (« ASAP ») ; Conseil constitutionnel, décision n° 2020-807 DC du 3 décembre 2020.

Dossier du Conseil Constitutionnel à retrouver ici

Fichiers liés à l'article
Article suivant
01/01/70
Des précisions quant aux modalités de contestation d’un acte règlementaire devant le juge administratif
Article suivant
08/01/18
VOEUX 2018
Article suivant
09/02/18
Commande publique / droit public économique
Ecolabels européens : mémo pratique co-rédigé par Me CHARREL pour sécuriser vos achats responsables
Article suivant
04/03/18
Commande publique / droit public économique
L'avenir est dans la clause de réexamen : interview de Me CHARREL et Me GASPAR
Article suivant
22/03/18
Commande publique / droit public économique
Régularisation des offres irrégulières : possibilité ou obligation ?
Article suivant
04/05/18
Pénal des affaires publiques
Doit-on donner les codes protégeant des données en enquête pénale ?
Article suivant
15/05/18
Propriété intellectuelle / NTIC / RGPD
RGPD : adoption de la loi sur la protection des données personnelles
Article suivant
30/05/18
Commande publique / droit public économique
Marché public ou concession de services : une question de risque réel d'exploitation
Article suivant
01/06/18
Propriété intellectuelle / NTIC / RGPD
RGPD ET COMMANDE PUBLIQUE : IMPACT IMPORTANT
Article suivant
09/06/18
Commande publique / droit public économique
Commande publique et RSE : désenchantement ou encouragement autour du critère social
Article suivant
05/07/18
Propriété intellectuelle / NTIC / RGPD
Mise à jour de notre politique de confidentialité en application du RGPD
Article suivant
09/07/18
Commande publique / droit public économique
Cotraitant défaillant lors de la passation : pensez à demander le remplacement !
Article suivant
22/08/18
Propriété intellectuelle / NTIC / RGPD
L’impact du RGPD sur la commande publique : interview de Me CHARREL
Article suivant
01/09/18
Propriété intellectuelle / NTIC / RGPD
L’impact du RGPD sur la commande publique : suite de l'interview de Me CHARREL
Article suivant
26/09/18
Construction / Immobilier public et privé
Fonds de commerce sur le domaine public : la clientèle propre de l'occupant existe t-elle ?
Article suivant
30/10/18
Commande publique / droit public économique
Salon des Maires : Intervention de Me CHARREL sur l'actualité des marchés publics
Article suivant
23/11/18
Victoire d'un avocat du Cabinet CHARREL au concours national d'éloquence des avocats.
Article suivant
23/11/18
Commande publique : sortie imminente du futur code
Article suivant
26/11/18
Commande publique / droit public économique
COMPETENCE DES ACTIONNAIRES DES SPL et SEML : double meurtre au Palais-Royal 
Article suivant
01/12/18
Edgar MORIN accueilli par Nicolas CHARREL au gala de la CROIX ROUGE
Article suivant
02/12/18
Urbanisme / Environnement / Aménagement
LOI ELAN : Séminaires de décryptage des principales mesures
Article suivant
05/12/18
Commande publique / droit public économique
Code de la commande publique : avis de naissance
Article suivant
08/12/18
Urbanisme / Environnement / Aménagement
URBANISME : COMMENT IMPOSER DE FAIRE CONSTATER LES INFRACTIONS ?
Article suivant
11/12/18
Commande publique / droit public économique
CODE DE LA COMMANDE PUBLIQUE : VERSION CONSOLIDEE DISPONIBLE SUR LEGIFRANCE
Article suivant
13/12/18
Urbanisme / Environnement / Aménagement
Loi ELAN : fiche pratique des changements apportés dans le contentieux de l'urbanisme
Article suivant
03/01/19
VOEUX 2019
Article suivant
08/01/19
Commande publique / droit public économique
Présentation du Nouveau Code de la commande publique en webinar avec Moniteur Juris
Article suivant
11/01/19
Urbanisme / Environnement / Aménagement
Loi ELAN : une circulaire précise les choses
Article suivant
12/01/19
Commande publique / droit public économique
Code de la Commande publique : une 1ère table de correspondance publiée par la DAJ
Article suivant
16/01/19
Commande publique / droit public économique
Webinare code de la commande publique bientôt disponible sur youtube
Article suivant
16/01/19
Commande publique / droit public économique
Commande publique et dématérialisation : parution de la 3ème version des guides "très pratiques"
Article suivant
18/01/19
Commande publique / droit public économique
Marchés publics : Actualisation de trois fiches par la DAJ
Article suivant
30/01/19
Commande publique / droit public économique
ATTESTATIONS FISCALES ET SOCIALES : LA FIN DE LA PAPERASSE ?
Article suivant
02/02/19
Commande publique / droit public économique
Code de la commande publique : présentation du webinar disponible sur Youtube
Article suivant
18/02/19
Formations nouveau code de la commande publique
Article suivant
21/02/19
Commande publique / droit public économique
Mise en ligne des documents de consultation : le code de la commande publique pourrait trancher le débat
Article suivant
07/03/19
Commande publique / droit public économique
Remise en cause des aides européennes en l'absense de mise en concurrence des opérations subventionnées
Article suivant
15/03/19
Commande publique / droit public économique
La négociation en dialogue compétitif : enjeux et modalités
Article suivant
23/03/19
Commande publique / droit public économique
Mini-lots de - de 25 000 € : gré à gré ou procédure adaptée ?
Article suivant
30/03/19
Commande publique / droit public économique
Concours de maîtrise d'oeuvre des organismes d'HLM : ordonnance anti-bug du CCP
Article suivant
31/03/19
Commande publique / droit public économique
Code de la Commande Publique : Décret anti Bug et toutes les annexes au JO du 31 mars...
Article suivant
01/04/19
Commande publique / droit public économique
Décryptage des bugs corrigés du code de la commande publique
Article suivant
15/04/19
Urbanisme / Environnement / Aménagement
Permis de déroger pour expérimenter : novation pour l'innovation dans la construction
Article suivant
17/04/19
Urbanisme / Environnement / Aménagement
Reconstruction de Notre Dame avec le permis de déroger : prendre le temps de l’urgence disruptive
Article suivant
25/04/19
Urbanisme / Environnement / Aménagement
#LoiELAN - Contentieux du Permis modificatif : attention aux pièges de procédure
Article suivant
25/04/19
Quel est le rôle du maître d'ouvrage public dans les chantiers ?
Article suivant
23/05/19
Urbanisme / Environnement / Aménagement
Opérations d'aménagement et ZAC : le « potentiel de développement en énergies renouvelables » doit être pris en compte
Article suivant
28/05/19
Loi ELAN : la création d'une ZAC dans une OAP autorisée par Décret
Article suivant
03/06/19
Formation pratique des concessions dans le code de la commande publique
Article suivant
17/06/19
Collectivités territoriales / Droit administratif
Réforme de l'Etat : une circulaire pour améliorer les rouages
Article suivant
24/06/19
Urbanisme / Environnement / Aménagement
Recours abusifs contre un permis de construire : quand le juge ne se donne pas assez d'ELAN
Article suivant
25/06/19
Commande publique / droit public économique
Hausse à 35.000 € du seuil des marchés publics prévue par le projet de loi "Proximité et engagement"
Article suivant
26/06/19
Commande publique / droit public économique
Tentative d'influence et impartialité : une mise en examen peut justifier une exclusion
Article suivant
01/07/19
Comment imposer de faire constater les infractions ?
Article suivant
08/07/19
Commande publique / droit public économique
Rigueur du règlement de consultation en procédure de concession
Article suivant
22/07/19
Commande publique / droit public économique
Facturation électronique et nouveaux bugs dans la commande publique : parution des nouvelles dispositions
Article suivant
01/08/19
Commande publique / droit public économique
Fin de OS à 0 dans les marchés publics : plutôt dure réalité pour tous que mythe
Article suivant
12/09/19
Commande publique / droit public économique
Rentrée des marchés publics au club Marchés de Nice
Article suivant
03/10/19
Commande publique : " Je rêve d’une directive 2024 qui transforme la règle dure en règle souple"
Article suivant
12/12/19
Commande publique / droit public économique
Intervention de Me Thomas GASPAR aux 17èmes rencontres de droit et procédure administrative à Marseille
Article suivant
18/12/19
Urbanisme / Environnement / Aménagement
Autorisations environnementales : nouvelles simplifications
Article suivant
06/01/20
Excellente nouvelle année 2020
Article suivant
08/01/20
Commande publique / droit public économique
Les soldes, c'est parti ... sauf pour les acheteurs publics !
Article suivant
22/01/20
Propriété intellectuelle / NTIC / RGPD
Secret des affaires : nouveau référé dans le CJA
Article suivant
31/01/20
Médiation, MARD
Médiation administrative : compte rendu des assises annuelles 2019
Article suivant
04/02/20
Commande publique / droit public économique
Contrat public : validité des clauses de réexamen
Article suivant
08/02/20
Fonction publique / Agents publics
Rupture conventionnelle dans la fonction publique : c'est désormais possible
Article suivant
18/02/20
Commande publique / droit public économique
Les nouveaux outils de la commande publique circulaire
Article suivant
19/02/20
Commande publique / droit public économique
Constitutionnalité du délit de "Favoritisme"
Article suivant
24/02/20
Fonction publique / Agents publics
Fonction publique de l'Etat - Droits de l'agent
Article suivant
26/02/20
Commande publique / droit public économique
Avis d'appel public à la concurrence dans les marchés publics
Article suivant
03/03/20
Fonction publique / Agents publics
Fonction publique : le "contrat de projet" devient concret !
Article suivant
03/03/20
Fonction publique / Agents publics
Réforme de la fonction publique et régime indemnitaire
Article suivant
04/03/20
Commande publique / droit public économique
Convention de délégation et droits du concessionnaire
Article suivant
04/03/20
Construction / Immobilier public et privé
Domaine public : précisions sur la notion et incompatibilité avec le statut d'AFUL
Article suivant
05/03/20
Commande publique / droit public économique
Interview de Me Charrel sur le site Achatpublic.Info à propos de l'arrêt rendu le 28/02/2020 sur l'indemnisation d'un candidat évincé
Article suivant
05/03/20
Construction / Immobilier public et privé
Responsabilité des constructeurs: quel est le statut d'un enduit de façade ?
Article suivant
05/03/20
Construction / Immobilier public et privé
Articulation entre prescription biennale et mobilisation de la garantie dommages-ouvrage
Article suivant
05/03/20
Commande publique / droit public économique
Le « localisme » dans la commande publique arriverait-il ?
Article suivant
06/03/20
La commande publique à quel prix ? - La modification anticipée du prix dans les marchés publics : les clauses contractuelles de modification
Article suivant
11/03/20
Commande publique / droit public économique
Objet social d'une SEML et objet d'un marché public : rien ne sert de se cacher derrière une compétence que l'on n'a plus !
Article suivant
15/03/20
Construction / Immobilier public et privé
Un bien inclus dans le périmètre d’une association syndicale peut-il appartenir au domaine public ?
Article suivant
16/03/20
Continuité du cabinet durant la crise #covid19
Article suivant
17/03/20
Abaissement du seuil de recrutement contractuel des agents de direction de la fonction publique territoriale
Article suivant
17/03/20
Commande publique / droit public économique
Interview de Me Charrel sur le site Achatpublic.Info à propos de l’indépendance du maitre d’oeuvre
Article suivant
18/03/20
Urbanisme / Environnement / Aménagement
Infractions à l’urbanisme : ne pas se faire Pesquet !
Article suivant
18/03/20
Commande publique / droit public économique
La résiliation pour « difficultés techniques particulières » prévue par le CCAG FCS
Article suivant
18/03/20
Commande publique / droit public économique
Le Vade-Mecum des aides d'Etat 2019 est paru ! Mais sera t-il toujours d'actualité avec le covid19 ?
Article suivant
20/03/20
Commande publique / droit public économique
COVID 19 : INTERVIEW DE ME CHARREL SUR LE SITE ACHATPUBLIC.INFO À PROPOS DE L'ARTICULATION ENTRE DON ET COMMANDE PUBLIQUE
Article suivant
22/03/20
#covid19 : Modification du projet de Loi d'urgence sanitaire adoptée par l'AN et la Commission mixte paritaire
Article suivant
23/03/20
#COVID19 : Pas de confinement total pour le Palais Royal mais halte au jogging !
Article suivant
23/03/20
#COVID-19 : Ce que contient la loi d’urgence pour faire face à l’épidémie
Article suivant
24/03/20
#COVID-19 et aides aux entreprise par les Etats : pour la Commission européenne « Nécessité fait loi ».
Article suivant
30/03/20
DataJust : les algorithmes entrent en justice au mauvais moment
Article suivant
07/04/20
Commande publique / droit public économique
Interview de Me Charrel par le site Achatpublic.info : "La commande publique devra changer de cadre de référence"
Article suivant
07/04/20
Commande publique / droit public économique
Article de Me Gaspar paru dans Lexbase : "Indemnisation du candidat évincé irrégulièrement en raison d’un manquement commis dans le choix de la procédure de passation du contrat"
Article suivant
09/04/20
Collectivités territoriales / Droit administratif
Délai de recours : double restriction des modalités de contestation d’un acte règlementaire
Article suivant
25/04/20
Collectivités territoriales / Droit administratif
Le droit de dérogation à certaines réglementations reconnu au préfet pérennisé
Article suivant
06/05/20
Fonction publique / Agents publics
Assouplissement des conditions de télétravail dans la fonction publique
Article suivant
20/05/20
Commande publique / droit public économique
Budget primitif et documents préparatoires au budget pour démontrer le caractère inacceptable d'une offre
Article suivant
29/05/20
Collectivités territoriales / Droit administratif
Zoom sur le nouveau rescrit préfectoral
Article suivant
02/06/20
Commande publique / droit public économique
Nouvelle édition des guides « très pratiques » de la dématérialisation des marchés publics
Article suivant
02/06/20
Commande publique / droit public économique
La réparation par le juge administratif du préjudice subi par la personne publique victime de la pratique anti-concurrentielle d’entente par plusieurs entreprises
Article suivant
05/06/20
Commande publique / droit public économique
Réouverture des terrasses… et des référés précontractuel et contractuel pour les candidats évincés ayant remis une offre irrégulière
Article suivant
05/06/20
Commande publique / droit public économique
Recours en contestation de la validité d’un contrat administratif – précisions sur point de départ du délai de recours
Article suivant
22/06/20
Neutralisation d’une neutralisation d'un critère d'attribution à l'occasion du jugement des offres
Article suivant
22/06/20
Commande publique / droit public économique
Pondération des critères d'attribution – La liberté surveillée de l’acheteur public
Article suivant
29/06/20
Urbanisme / Environnement / Aménagement
Modernisation des SCoT et rationalisation de la hiérarchie des normes : les derniers soubresauts de la loi ELAN - PARTIE 1
Article suivant
29/06/20
Urbanisme / Environnement / Aménagement
Modernisation des SCoT et rationalisation de la hiérarchie des normes : les derniers soubresauts de la loi ELAN - PARTIE 2
Article suivant
07/07/20
Urbanisme / Environnement / Aménagement
Projet de grand stade de rugby : la Fédération Française de Rugby déclarée hors jeu et condamnée
Article suivant
16/07/20
Urbanisme / Environnement / Aménagement
Énergie et climat : trois directives pour le prix d’une ordonnance !
Article suivant
23/07/20
Commande publique / droit public économique
La relance sans élan par les marchés publics = le coup d'épée dans le béton des nouveaux seuils de dispense de mise en concurrence
Article suivant
24/07/20
Commande publique / droit public économique
Retrouvez l'interview croisée de Me CHARREL sur achatpublic.info sur les nouveaux seuils de 70.000 € pour les marchés de travaux et 100.000 € pour les denrées alimentaires
Article suivant
29/07/20
Commande publique / droit public économique
Les modifications de la réglementation en matière de commande publique ne sont pas applicables qu'à Wallis et Futuna (notamment)
Article suivant
07/08/20
Commande publique / droit public économique
#CCP : après le pavé, la plage 😅 - Fin de la mise à jour du Code de la commande publique du Moniteur
Article suivant
16/09/20
Médiation, MARD
Médiation : un décret crée une expérimentation pour les filières de responsabilité élargie des producteurs
Article suivant
21/09/20
Urbanisme / Environnement / Aménagement
GEOPORTAIL DE L’URBANISME : A VOS MARQUES, PRETS… PUBLIEZ
Article suivant
22/09/20
Construction / Immobilier public et privé
Lutte contre l'habitat indigne : de nouveaux outils pour être plus efficaces
Article suivant
12/10/20
Commande publique / droit public économique
Nouvelle édition du Code de la commande publique, commenté et annoté par Me CHARREL
Article suivant
16/10/20
Commande publique / droit public économique
Interdiction de soumissionner aux contrats de concessions : absence d’automaticité et droit de repentance
Article suivant
18/10/20
Commande publique / droit public économique
Simplification du régime des avances dans les marchés publics
Article suivant
28/10/20
Commande publique / droit public économique
Une CAO peut attribuer deux fois un même marché...
Article suivant
05/11/20
Urbanisme / Environnement / Aménagement
Plein phare sur l’innovation
Article suivant
17/11/20
Commande publique / droit public économique
Irrégularité de l’addition des montants du BPU pour noter le critère « Prix »
Article suivant
01/12/20
Pénal des affaires publiques
Continuité pénale des sociétés absorbées : conséquence en droit public du revirement retentissant de jurisprudence de la Cour de Cassation
Article suivant
02/12/20
Commande publique / droit public économique
Pratiques anticoncurrentielles dans les marchés publics : entente illicite ou licite pour des entreprises d'un même groupe ?
Article suivant
03/12/20
Collectivités territoriales / Droit administratif
Avis, décisions et délibérations des personnes publiques : la visio pour tous
Article suivant
04/12/20
Commande publique / droit public économique
Validation de la Loi ASAP : il était temps !
Article suivant
09/12/20
Pénal des affaires publiques
Indices de corruption et commande publique : vers un développement des pratiques de compliance ?
Article suivant
15/12/20
Commande publique / droit public économique
Avenants dans la commande publique : quel recours pour les tiers ?
Article suivant
17/12/20
Collectivités territoriales / Droit administratif
Consécration légale de l'expérimentation "Territoire zéro chômeur de longue durée"
Article suivant
17/12/20
Commande publique / droit public économique
Possibilité de référés précontractuels multiples contre les marchés publics et les concessions
Article suivant
17/12/20
Commande publique / droit public économique
Décryptage de la Loi ASAP lors de l'interview de Me CHARREL à l'occasion des trophées de la Commande publique
Article suivant
18/12/20
Commande publique / droit public économique
Offres identiques par des entreprises liées = plusieurs offres d'un même opérateur
Article suivant
22/12/20
Construction / Immobilier public et privé
Action en garantie du titulaire contre le sous-traitant indirect
Article suivant
04/01/21
Actualité du Cabinet
Merveilleuse année 2021 !
Article suivant
10/01/21
Commande publique / droit public économique
L'avocat sans mandat peut toujours demander Décompte
Article suivant
15/01/21
Collectivités territoriales / Droit administratif
Reprise du personnel imposée par le Préfet : ne pas rester sur le carreau en cas de transfert de compétence
Article suivant
19/01/21
Commande publique / droit public économique
Réforme des CCAG : lancement de la consultation publique par BERCY
Article suivant
10/02/21
Construction / Immobilier public et privé
Devoir de conseil du maître d'oeuvre
Article suivant
10/02/21
Construction / Immobilier public et privé
Garantie décennale : quand la taille du maître d'ouvrage compte...
Article suivant
11/02/21
Commande publique / droit public économique
Réforme des CCAG - Webinaire de présentation des projets soumis à concertation
Article suivant
19/02/21
Commande publique / droit public économique
Offre irrégulière : ne parlons que de cela !
Article suivant
26/02/21
Commande publique / droit public économique
Procédure validée mais concession de service public suspendue !
Article suivant
06/03/21
Urbanisme / Environnement / Aménagement
#laffairedusiecle - Préjudice écologique suite à la carence de l'Etat : analyse et perspectives
Article suivant
07/03/21
Fonction publique / Agents publics
Fonction publique - Inéligibilité des DGS et DGAS en qualité de représentants du personnel
Article suivant
10/03/21
Commande publique / droit public économique
Commande publique : : l'obligation de réemploi ou de la réutilisation ou d'intégration de matières recyclées enfin consacrée
Article suivant
29/03/21
Actualité du Cabinet
Accompagnement du Nouveau Campus de l'école ARTFX - Plaine Images (Lille Métropole)
Article suivant
01/04/21
Commande publique / droit public économique
CCAG et CCP : bonne pêche pour le 1er avril !
Article suivant
04/04/21
Actualité du Cabinet
1er téléphérique urbain francilien attribué par IDFM
Article suivant
06/04/21
Commande publique / droit public économique
Plaidoyer pour une commande publique environnementale
Article suivant
09/04/21
Commande publique / droit public économique
Pour qu'il y ait concession de travaux, il ne faut pas de cession ! Et sans concession, mise en concurrence ?
Article suivant
16/04/21
Actualité du Cabinet
Ile-de-France Mobilités inaugure le Tram Lumière T9 nouvelle ligne Paris > Orly-Ville
Article suivant
20/04/21
Commande publique / droit public économique
Validité des critères sociaux pour l'attribution des marchés publics pour le Tribunal de l'Union Européenne
Article suivant
05/05/21
Construction / Immobilier public et privé
Responsabilité pénale du maître d'ouvrage et du coordonnateur SPS
Article suivant
11/05/21
Commande publique / droit public économique
BEFA et commande publique de travaux : Construire avant de louer n'est pas (toujours) tricher
Article suivant
20/05/21
Commande publique / droit public économique
L'obsolescence programmée de la jurisprudence SMIRGEOMES en commande publique
Article suivant
03/06/21
Urbanisme / Environnement / Aménagement
La substitution tacite de motifs consacrée dans le contentieux du refus d'autorisation d'urbanisme
Article suivant
03/06/21
Commande publique / droit public économique
Les limites d'un protocole transactionnel en concession d'aménagement
Article suivant
03/06/21
Collectivités territoriales / Droit administratif
Projet de Loi 4D pour une décentralisation augmentée ?
Article suivant
08/06/21
Médiation, MARD
Obtention du diplôme universitaire de Médiateur (IFOMENE)
Article suivant
10/06/21
Collectivités territoriales / Droit administratif
Taxe de séjour : les affaires reprennent !
Article suivant
11/06/21
Commande publique / droit public économique
Marchés publics de substitution : comment les appliquer ?
Article suivant
15/06/21
Commande publique / droit public économique
Pénurie de matières premières dans les marchés
Article suivant
15/06/21
Collectivités territoriales / Droit administratif
Les réseaux sociaux ne font pas bon ménage avec la campagne (électorale)
Article suivant
22/06/21
Commande publique / droit public économique
Mise à jour au 1er juillet 2021 des conditions de délivrance des certificats pour l'attribution des contrats de la commande publique
Article suivant
24/06/21
Commande publique / droit public économique
Propagande électorale : maldonne sur la distribution
Article suivant
25/06/21
Commande publique / droit public économique
Annulation d'office d'un contrat entaché d'un vice d'une particulière gravité
Article suivant
01/07/21
Construction / Immobilier public et privé
Domaine public : les chantiers de travaux des opérateurs de télécommunication peuvent être soumis à redevance
Article suivant
06/07/21
Commande publique / droit public économique
Tour de vis sur les accords cadres sans montant maximum par la CJUE
Article suivant
06/07/21
Collectivités territoriales / Droit administratif
Perspectives de la sécurité municipale (et plus) dans la Loi sur la Sécurité Globale
Article suivant
07/07/21
Commande publique / droit public économique
Festival d'art lyrique de Lamalou-les-bains aura bien lieu : après la COVID, le risque de suspension écarté par le juge des référés
Article suivant
07/07/21
Actualité du Cabinet
Lodges flottants de GRUISSAN : Alliance Plaisance réinvente votre été
Les auteurs de l’article
Nicolas Charrel - Avocat associé - Médiateur
Nicolas Charrel
Avocat associé et Médiateur

Partager cette actualité sur les réseaux sociaux

Revenir
Nicolas Charrel
  • Avocat associé
  • Avocat au barreau de Paris
  • Avocat européen à la Cour du Luxembourg
  • Médiateur auprès des juridictions administratives
  • Formateur expert du Groupe Moniteur
Formations:
  • Prestation de serment (1995)
  • Certificat d'aptitude à la Profession d'Avocat (1995)
  • DEA Droit public de l’entreprise
Biographie

En sa qualité d’associé et référent sur les dossiers de la plupart des clients, Nicolas Charrel intervient de manière transversale dans l’ensemble des dossiers cités dans les références du cabinet dans la plupart des domaines du droit public des affaires et des institutions publiques, que ce soit en droit administratif général, en droit des contrats publics (marchés publics – délégations de service public – PPP – BEA – COT…), en droit de l’aménagement (urbanisme, construction, environnement) en droit pénal des personnes publiques.

Nicolas Charrel a pu acquérir une forte expérience de terrain, à l’écoute des services, des opérationnels et des élus, grâce à son expérience au sein des services juridiques.

Dans le domaine de l’assistance à maîtrise d’ouvrage, il  a acquis une expérience avérée en ce qui concerne le droit applicable aux acteurs publics (définition et évolution des compétences, identification des schémas généraux et planning de procédures, suivi des procédures administratives de la détermination des prestataires d’études jusqu’au traitement des réclamations des entreprises de travaux et gestion des contentieux en responsabilité, procédures d’urbanisme, financement…).

Il a également une forte expérience transversale dans le domaine de la construction publique d’équipements d’infrastructure et de superstructure comme en matière d’aménagement, garantissant les maîtres d’ouvrage d’une réelle capacité d’anticipation des difficultés qui se rencontrent à toutes les étapes de l’opération.

Son expérience de bientôt 30 ans dans l’assistance juridique et le contentieux lui permet d’assurer une véritable ingénierie juridique dans la conduite des projets publics, une capacité d’appréhender la dimension risk management pour les décisions à prendre, de définir la stratégie en cas de contentieux et d’assurer la défense et la représentation devant toutes les juridictions pouvant être saisies.

Ses dernières références significatives
  • Assistance mise en place expérimentale et innovante de Lodge Boats
  • Acquisition du Stade de football des Costières par le Nîmes Olympique
  • Contrat de réhabilitation des bains de Strasbourg
  • Assistance juridique pour la réalisation du Stade Jean Bouin à Paris
Ses derniers articles
Dernière actu
07/07/21
Actualité du Cabinet
Opération innovante de création d'hébergement flottant, accompagnée par le cabinet CHARREL & Associés
06/07/21
Collectivités territoriales / Droit administratif
06/07/21
Commande publique / droit public économique
La CJUE emplafonne les accords cadres sans maximum

Partager cette actualité sur les réseaux sociaux